Être une maman poule

Aujourd'hui, j'ai eu à prendre une décision importante, et j'en ai encore bien mal au coeur.

 

Il y a plus de deux ans, quand bébé n'était encore qu'un futur projet, je faisais partie de celles qui, quand une amie lui confiait son angoisse de confier son enfant pour octroyer du temps pour son couple, répondaient "mais voyons, c'est si important de retrouver son mari, et rien que lui ! Ça vous fera du bien à vous et les retrouvailles avec ton mini toi n'en seront que plus belles, c'est primordiale pour l'équilibre du couple !" (blablabla, vous l'entendez vous aussi, la super musique émouvante comme dans les films, sur ces sages paroles?).

 

Plus de deux ans après donc, je pense toujours que c'est primordiale pour l'équilibre du couple que de se retrouver juste à deux, pour penser à soi en tant que femme et épouse, pour (tenter) de se reposer, de ne penser à rien d'autre, qu'à soi, qu'à ce Nous qui font la base de notre super famille. MAIS, c'est finalement, pour moi, carrément moins simple à mettre en pratique...

Vilamendhoo - Maldives - Atoll Ari

Temple Ulun Dalu Beratan - Bali

Bien avant mon mariage, mÔsieur était au courant que moi, mon rôle dans la vie, c'est de devenir maman. Mais mÔsieur a la présence d'esprit de vouloir faire quelques voyages avant de nous encombrer de ces petites choses qui bavent, pleurent, remplissent des couches à longueur de temps, ahem... Et que je ne le remercierai jamais assez d'avoir freiner mes hormones ! Bon j'ai été une cocotte minute qui a explosé dès lors qu'il m'a annoncé le top départ de la confection de mini nous... Bref... Quand je vois dans quel état nos vacances d'amoureux d'Octobre me mette, je n'ose pas imaginer ce que cela aurait été de partir en voyage de noces à l'autre bout du monde en laissant un bébé derrière moi. Voyage de noces a prit tout son sens et son envergure, et au final, bien que le désir de maternité était bien présent, cela nous a permis de ne penser qu'à nous, et c'est bien le but de ce type de voyage, non ?

J'ai eu la certitude d'être enceinte deux jours avant de faire la prise de sang. Depuis l'âge de 17 ans que j'étais sous pillule, j'ai été réglé comme une horloge: arrêt de la pillule un vendredi soir, règle le lundi soir ou le mardi matin, et jusqu'au samedi matin. Le soir même, je commençais une nouvelle plaquette, et à la fin, même scénario. Pendant 9 ans. J'ai arrêté la pillule, mais tout a continuer comme jusque là. Donc, quand le mardi après midi, il n'y avait toujours aucun signe de règles, j'ai commencé à me douter de quelque chose. le lendemain, toujours rien, j'ai dis à mon amie et ancienne collègue que ça y est, je le sens, un mini rikiki est en train de pousser, juste là. Et c'est comme si, en prononçant ces mots, ça y est, un nouvel amour naissait, celui d'une maman, une envie de protéger, au delà de tout, un désir viscéral prenait forme avec une fusion déjà intense. Ça a été quelque chose de violent, mais de certain. 

 

J'ai donné naissance à ma petite Amy, et tout s'est intensifié. Je suis gaga, littéralement, de ma fille. Sans être le genre de maman a bénir tout ce qu'elle fait et à lui trouver toutes les excuses psychologiques possibles, je suis si fière chaque jour de la petite fille qu'elle devient.

 

Durant ses premiers mois, elle a été chez une nounou, puis je l'ai gardé avec moi. J'ai vécu les étapes importantes dans la vie d'un bébé, ça a tout renforcé, ou plutôt encore plus solidifié (you know what I mean ?). Et voilà, cette semaine, mÔsieur me dit "je te prépare des vacances d'amoureux, il faut demander à tes parents s'ils peuvent nous garder Amy". Heu, hein ? What ? Pardon ? Comment ça je vais devoir partir deux semaines sans elle ? Le choc...

 

J'ai peur de ne pas savoir gérer la séparation, de ne pas savoir profiter sans me dire "oh et là Amy aurait fait ci" "ah et là Amy aurait adoré voir ça !", de ne pas réussir à regarder mon mari avec mes yeux de femme alors que mon coeur de maman se languira juste de retrouver son bébé... Amy aura plus de deux ans à ce moment, et je sais qu'elle va bien profiter chez son papi et sa mamie. Je sais aussi qu'une dizaine de jours ça passe vite quand on est occupé !

 

J'ai demandé à son papa, "ça ne te fais rien de partir sans elle ?" (bon, quand on connait mon mari, on sait que la question est nulle, lui qui est archi terre à terre, c'est un peu genre le blond de Gad Elmaleh, en mode "non pas du tout enfin, on sait qu'on va la retrouver, elle sera heureuse chez ses grands parents, allo quoi on peut profiter un peu de  nous ok??"). Il m'a répondu qu'on aura l'occasion de repartir avec elle, mais que là il a besoin de souffler, de pouvoir aller au restaurant avec moi sans se soucier des voisins qui vont souffler parce que bébé fait un peu de bruit, de pouvoir nous offrir une séance de spa en couple, de pouvoir flaner à notre rythme sans devoir tout calculer pour son confort à elle, ce qui, 90% du temps, prime dans ce qu'on entreprend (on ne se freine dans rien, mais ça reste un bébé, faut pas trop lui en demander malgré sa coolitude...). On voudrait faire du cheval, s'offrir un dîner chic... Et ses arguments ont fait mouche, ils m'ont rappelé à cet apaisement total de n'être qu'avec lui à l'autre bout du monde, le bruit des vagues au loin et le cocktail au bord de la piscine. Alors j'ai dit oui, on ne partira que tous les deux. Mais j'ai craqué, j'ai pleuré, mais pleuré... Parce que j'ai ressenti un tiraillement profond, une déchirure, j'ai cette impression que pour être une épouse aimante à l'écoute de son mari, je dois devenir un peu une mauvaise maman, laisser ma fille. J'ai le sentiment de ne pas être capable de m'occuper d'elle en toute occasion, j'ai l'impression de ne plus savoir être une femme aimée et qui aime. Je veux juste ma fille.

 

Je me ferai violence, et au fond de moi, je sais que ça ira. Mon mari n'a pas toujours les mots, ce n'est pas un grand bavard, et pas un fin psychologue. Mais il aura les gestes qui réconfortent, qui rassurent, qui mettent en confiance. Je sais que ça va être dur, que mon coeur de maman va pleurer tous les jours. Mais je vais m'efforcer d'y arriver, pour Lui.


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Elodie (jeudi, 16 février 2017 18:31)

    Petite margot aura 2ans et demi dans quelques jours, et premiere sortie en amoureux pour cette st valentin !! Juste un repas, mais petit monstre aura passé la nuit chez ses grand parents ce qui pour moi est une enorme dechirure ! Mais quand je vois a quel point elle etait fiere et heureuse de ce petit sejour chez ses grand parents.... c'est un premier pas pour moi qui bientot va devoir passer 3 jours a la mater ! Et qui je pense va etre un enorme dechirement et boulversement (avec les hormones en plus) mais je suis casi certaine qu'elle, elle va passé 3 jours de vacances a s'eclater chez papi et mamie ! Et fait pour etre aussi une maman poule, qui materne a fond, je crois que eux son juste heureux de parfois ce sentir grandir et detacher pour mieux ous retrouver....
    bon certes 10 jours cest mega long ! ��